Prostituee Coudekerque Branche

prostituee coudekerque branche Le Prostatute Poudekerque (Prostituée, Pédiatrique) est un réseau de prostitution illégale à Rio de Janeiro. Établi dans une favela de la région métropolitaine de Sintra, cet établissement est célèbre pour les proxénètes, les prostituées et les habitants des bidonvilles qui travaillent comme femmes au foyer à ceux qui sont des modèles célèbres du calendrier page 3 du Brésil. Si vous vous êtes déjà posé des questions sur l’origine de ce mot, cela vient d’une phrase qui se traduit par «tout le travail et pas de jeu». La devise sur le site Web Prostatute Poudekerque annonce que le club est un exemple de lieu de rencontre en plusieurs étapes pour des personnes de tous horizons, y compris la police, les fonctionnaires du gouvernement, les favelados et les étrangers qui fréquentent Rio. Même la police et les représentants de la Croix-Rouge brésilienne sont connus pour fréquenter le club et il est même devenu une attraction touristique bien connue avec ses expositions et ses performances d’artistes de renommée mondiale.

La principale source de revenus du club proviendrait d’un mélange de touristes locaux et étrangers, ainsi que de bordels de la région qui fournissent leurs services à la prostituée. Chaque fille qui travaille au club gagne environ 15 dollars en s’engageant dans des services sexuels d’hommes. Le client est obligé de payer une taxe supplémentaire aux souteneurs, appelée “une brèche de Cerve” ou “basta costa”. Alors que certaines filles travaillent comme des danseuses exotiques ou des préadolescents de rue essayant de se faire un nom, d’autres travaillent à la Prostute Poudekerque comme employées de bureau.

Il ne fait aucun doute que la Prostute Poudekerque est un établissement illégal. Il n’y a pas de comptes détaillés sur les sommes d’argent qui sont payées ou sur le nombre de femmes qui y travaillent, car il s’agit d’une entreprise privée. C’est pourquoi la police examine d’éventuelles accusations de fraude fiscale contre le propriétaire, Jose da Silva Pereira. Le con abbonamento ou constitution du club stipule que toutes les femmes qui travaillent ici sont liées par le code de la Révolution française, et que toutes les femmes vivant et travaillant dans le quartier sont soumises à un nettoyage social par tous les moyens nécessaires, y compris les policiers, le public les serviteurs et les propriétaires.